.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Conte – L’enfant Serpent


dibujo-de-la-fuenteIl était une fois, une jeune femme qui n’avait pas d’enfant. Cela la mettait dans un état d’infériorité par rapport à toutes celles qui se vantaient d’être plusieurs fois mère.

Un jour, à la fontaine, elle exprima à travers une fervente prière, son désir d’avoir un enfant sans mesurer la portée de ses paroles formulées en ces lieux où toutes les magies et tous les sortilèges étaient possibles:

-« Comme j’aimerai connaitre le bonheur d’être mère! Comme j’aimerai avoir un enfant à l’image de toutes les autres femmes, un seul enfant dut-il être un serpent!»

La demande fut écoutée. Sous l’effet d’un pouvoir surnaturel, le vœu devint réalité. Neuf mois plus tard, la femme mit au monde un garçon qui devint un beau jeune homme. Mais la volonté de la femme fut exaucée dans sa totalité car à l’intérieur de la maison, le jeune homme se métamorphosait en serpent.

Les parent cachèrent longtemps le phénomène mais la chose finit par se savoir et tout le village en fit un objet de commérages et de moqueries.

-« Drôle d’histoire, ricanait l’une!»

-« C’est une malédiction, disait l’autre!»

-« Dieu nous en préserve, ajoutait une troisième!»

-« Plutôt rester stérile que de mettre au monde un serpent, concluait une quatrième!»

Quand il fallut marier le jeune homme, les parents allèrent chercher très, très loin, là où personne ne connaissait l’incroyable histoire de l’homme-serpent. Ils arrivèrent dans une ville où on leur avait recommandé  une belle jeune fille connue pour sa beauté et surtout pour sa sagesse. Il allèrent chez ses parents et demandèrent sa main qui leur fut accordée.

Un jour, la jeune fille se rendit à la source. Au moment où elle se pencha pour soulever la jarre pleine, elle entendit une voix dire clairement:

-« La jeune fille qui désirerait épouser l’homme-serpent doit faire don à la fontaine d’une mèche de ses cheveux. Elle doit aussi prononcer la phrase magique devant lui afin de rompre le sortilège qui le frappe. Il deviendra instantanément un jeune homme tout à fait comme les autres. Elle doit surtout garder le secret.»

Sans hésiter, la belle coupa une mèche de ses long cheveux et l’offrit à la source enchantée.

Elle fut mariée à l’homme-serpent et le soir de ses noces, dans la chambre nuptiale, une fois encore, le jeune homme se transforma en serpent. Alors, sans hésiter, la jeune mariée qui avait enfin compris ce qui s’était dit à la source, prononça la phrase magique:

-« Serek masrour, mkhabi fi seba’ bhour, oumed khadmi ou babek maghrour, darek amra ou ardek khasba, tjib el djouher m’ edhoukour. (Ton secret est gardé au fond des sept mers; ta mère est mon esclave et ton père l’ignore, ta maison est pleine et ta terre est fertile: elle donne des perles et des garçons).»

Instantanément, disparut aux yeux de la mariée, le serpent avec sa laideur, pour laisser apparaître le jeune homme dans sa forme humaine. C’était le plus bel homme de toute la contrée. 

Le couple vécut heureux et eut beaucoup d’enfants: les filles étaient de véritables perles et les garçons les plus forts et les plus beaux de la région. La femme garda enfouie dans son cœur, le secret de la transformation de l’homme-serpent.

 

Source: D’aprés  le livre «Contes du terroir Algérien» Volume 1,  Editions DALIMEN

Illustration: http://www.bejarfm.es/?p=31227

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *