.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Charles Zacharie Landelle, ce peintre qui a revu l’Algérie au pinceau …


C’est au Salon des Artistes Français que Charles Landelle débute , en 1841, avec des tableaux religieux et des portraits fort appréciés de la critique et du public, après avoir été l’élève de Paul Delaroche et d’Ary Scheffer, aux Beaux Arts. Né le 2 juin 1821 à Laval, il meurt le 13 octobre 1908 à Chennevières-sur-Marne, en France.

Il fut décoré de la médaille de troisième classe, en 1842, puis de première classe, en 1848, après avoir été remarqué par Louis-Philippe. 
Deux toiles des « Béatitudes » , furent achetées par Napoléon III, quatre ans plus tard, qu’il offrit à Laval, la ville natale du peintre. Nommé Chevalier de la Légion d’honneur par l’Empereur, ce dernier lui achète, à titre personnel « Le repos de la vierge ».

Pour la décoration du salon des aides de camps du palais de l’Elysée, il réalise, en 1859, six dessus de portes représentant les quatre éléments et une allégorie de la paix de guerre. En 1855, il reçoit une médaille à l’Exposition universelle de Paris et à Philadelphie, en 1876.

CLSuite à une mission officielle au Maroc, en 1866, il se passionne pour l’orientalisme. Subjugué par les nouveaux paysage, en compagnie de l’égyptologue Mariette, il sillonne l’Egypte en 1875. Cinq ans plus tard, il se rend en Algérie, en compagnie de son fils Georges qui avait suivi les pas de son père dans le même art. De 1881 à 1892, Charles Landelle séjournera en Algérie. Il visite Biskra, El Kantara et partagera sa passion pour ce pays avec Renoir et Paul Leroy.

Aujourd’hui, ses toiles valent entre 1 000 et 10 000 euros « seulement », en raison du nombre important de répliques exécutées. 

Mounira Amine-Seka.

Sources :

  • galeriearyjan.com.
  • expertisez.com.

Illustration :

« Beauté orientale jouant du Tar »
97,5 x 72 cm.

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *