.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 8 mai 1945, massacres de Sétif, Guelma et Kherrata


maiC’était un mardi pas comme les autres. Alors que certains célébraient leur liberté, d’autres n’y avaient pas le droit. Le massacre du 8 mai 1945 marquera la radicalisation du mouvement nationaliste.

 

Durant la Seconde guerre mondiale, la condition sociale de la population algérienne, colonisé par la France, se résumait à la misère. Le chômage faisait des ravages. La faim régnait en maître absolu.

Lorsque le nazisme sembla être au bord de la défaite, beaucoup d’algériens ont crus au fol espoir de l’application du droit des peuples à disposer d’eux même. A commencer par Messali Hadj arrêté et exilé au Gabon après que son parti fut interdit en 1939. Le 1er mai 1945, 20.000 partisans du PPA défilent à Alger et dans quelques autres villes en faveur du Zaïm.

Une semaine plus tard, la victoire devenait officielle. Le 8 au matin, un mardi pas comme les autres, les européens célébraient leur victoire sur le nazisme. Plusieurs manifestations pacifiques sont organisées par le mouvement nationaliste dans plusieurs villes du pays. Des slogans pour la libération de Messali Hadj et pour l’indépendance se faisaient entendre. A Sétif, ils étaient près de 10 000 à se rassembler devant la mosquée de la gare. Le cortège s’ébranlait en direction du centre-ville.

Les manifestants n’étaient pas armés. Ils avaient eu pour consigne de déposer tout ce qui pouvait s’apparenter à une arme.

Les écoliers et les jeunes scouts étaient au premier rang, derrière les drapeaux des alliés. Ensuite, suivaient les porteurs de la gerbe de fleurs, puis juste après les militants pour éviter les débordements de la grande masse. Des « vive l’Algérie indépendante » fusaient dans la foule, alors que le drapeau algérien était brandi pour la première fois. Les policiers tentèrent de l’arracher à son porteur sans y  parvenir. Une bousculade, un coup de feu, puis plusieurs. Un premier mort. Le premier d’une longue série. C’était un jeune homme de 26 ans, Bouzid Saâl. La panique s’emparât de la foule. C’était le début des émeutes.

Un car de la gendarmerie fonça en direction des manifestants et en faucha plusieurs. Dans leur fuite, des algériens se retournent alors violemment contre des européens. La nouvelle fit rapidement le tour de la ville où le couvre-feu fut instauré. Elle atteignit Kherrata, puis Guelma. L’insurrection gagna les villes, villages et hameaux environnants.

Les autorités ont alors commencé à distribuer des armes aux colons, pendant que des milices étaient crées. Les jours suivants furent sanglants. La répression était impitoyable.

La loi martiale sera proclamée dans toute la région et des chefs nationalistes seront arrêtés. Des villages seront mitraillés par l’aviation, la marine et incendiés. Une chasse à l’homme sera minutieusement menée et des algériens seront tués à bout portant, dans les rues où ailleurs.

L’insurrection se répand dans tout le pays, en même temps que se généralisent les exactions des milices, policiers et militaires français.

Kateb Yacine, alors lycéen à Sétif, écrivait : « C’est en 1945 que mon huma­ni­ta­risme fut confronté pour la première fois au plus atroce des spectacles. J’avais vingt ans. Le choc que je ressentis devant l’impitoyable boucherie qui provoqua la mort de plusieurs milliers de musulmans, je ne l’ai jamais oublié. Là se cimente mon nationalisme. »
« Je témoigne que la mani­fes­ta­tion du 8 mai était pacifique. En organisant une mani­fes­ta­tion qui se voulait pacifique, on a été pris par surprise. Les dirigeants n’avaient pas prévu de réactions. Cela s’est terminé par des dizaines de milliers de victimes. À Guelma, ma mère a perdu la mémoire… On voyait des cadavres partout, dans toutes les rues. La répression était aveugle ; c’était un grand massacre. »

 

* Officiellement, les autorités françaises estiment que le drame aura fait 103 morts chez les Européens et 1.500 chez les musulmans. Les autorités algériennes parlent aujourd’hui de 45.000. Les historiens spécialistes évoquent quant à eux 8.000 à 20.000 morts.

 

 

Zineb Merzouk

 

Sources :

  1. -Boucif Mekhaled, Chroniques d’un massacre. 8 mai 1945 : Sétif, Guelma, Kherrata, Syros, 1995.
  2. – Annie Rey-Goldzeiguer, Aux origines de la guerre d’Algérie, 1940-1945. De Mers-El-Kébir aux massacres du Nord-Constantinois, La Découverte, 2001 (édition de poche : 2006).
  3. – Jean-Louis Planche, Sétif 1945, histoire d’un massacre annoncé (Perrin, 2006),

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


2 thoughts on “Cela s’est passé un 8 mai 1945, massacres de Sétif, Guelma et Kherrata

  1. ahmed

    allah yerham echouhada :

    la mémoire est encore vive. l’histoire respire ces victimes de la barbarie colonialiste française. je ne peux pas pardonner cet assassinat gratuit et violent exécuté par la france coloniale. impardonnable impardonnable impardonnable.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *