.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 4 mai 1940, naissance du chanteur Mohamed Mazouni


mazouni« Adieu la France, Bonjour l’Algérie » est l’une de ses chansons les plus connues. Mohamed Mazouni est né le 4 mai 1940, à Blida.

Mazouni a démarré sa carrière de chanteur dans les années 60. L’une de ses toute premières chansons est très engagée, « Rebtouh Fel Mechnak » (Ils l’ont attaché à la guillotine). A l’indépendance, il chante « Adieu la France, Bonjour l’Algérie ».

Durant les années qui suivent, Mazouni, un dandy, le sourire toujours aux lèvres devient un peu le chanteur des yé yé à l’algérienne. Un peu kitch mais suivant toujours les préoccupations du moment. D’un côté les minis jupes, l’amour et les voitures, souvent accompagné au micro de jolies jeunes filles. Et de l’autre, les chansons de l’exil et de l’immigration qui le concernent directement entre 1973 et 1982.

Après une longue absence, de 1970 à 1985, il réapparait soudainement en pleine Guerre du Golf, en 1991 avec la chanson «  Azdam ya Saddam » (Fonce Saddam), interdite en France.

Mazouni inspire de nombreux chanteurs de raï et malgré un côté « image délavée », quelques décennies plus tard, certaines de ses chansons sont reprises : « Camarade » par Rachid Taha dans son album de reprises « Diwan », « Adieu la France, Bonjour l’Algérie » revisitée par Mouss et Hakim du groupe Zebda, ou encore « Tu n’es plus comme avant » remise au goût du jour par l’Orchestre National de Barbès.

Entre des tops et des flops, on peut écouter « Khok Travolta » (Je suis Travolta), « Dallas », « La carte de résidence », « Ouled Alghourba » (les enfants de l’exil), « El Khomeini », ou encore « Aiche Brassi » (Je vis seul), « Ya Madame » et « Dima Mazlout » (Toujours fauché)…

Il reste, une fois de plus, quelques temps en retrait et réapparait ces dernières années pour pousser la chansonnette vers la politique, notamment lors d’élections législatives (2012) ou plus récemment, une chanson glorifiant le président, quelques mois avant la présidentielle d’avril 2014.

Mazouni a presque tout chanté. D’où le surnom de « chanteur polaroïd » qui lui colle souvent à la peau. En effet, rien ne lui échappe, tout l’inspire. Son répertoire très varié s’étend même vers les chansons pour enfants.

Zineb Merzouk

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *