.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 4 juillet 1962 – Émission des premiers timbres de l’Algérie indépendante


timre2Au lendemain de la proclamation officielle de l’indépendance de l’Algérie sont émis les premiers timbres-poste avec la mention « E.A » (Etat Algérien) plutôt que « République Française ».

 

Quelques jours avant la proclamation de l’indépendance, la nouvelle autorité administrative devant assurer la continuité du service postal prend la décision (Décision du 27 Juin 1962) de surcharger certains timbres français d’usage courant en y apposant les deux lettres « E.A » (Etat Algérien) après avoir rayé la mention « République Française ».

Ainsi, la première émission de timbres de l’Etat Algérien a lieu le 4 juillet 1962 (à Laghouat, elle a eut lieu deux jours plus tôt). En réalité, il ne s’agit pas à proprement parler de timbres nouveaux, mais d’une surcharge de timbres déjà mis en circulation par l’administration coloniale française. C’est ainsi que cinq timbre-poste seront émis : celui de 0,10 NF (Moissonneuse) ; 25 NF (Marianne) ; 0,45 NF (Gorges de Kerrata) ; 0,50 NF (Tlemcen – Grande-Mosquée) et 1 NF (Ancienne porte de Lodi-Médéa) portant tous les initiales « EA » (Etat Algérien).
Il faut rappeler que les premiers timbres-postes sont émis en 1840 en Angleterre. Dans les pays africains qui étaient colonisés ou sous protectorat des puissances coloniales, les timbres utilisés pour l’affranchissement du courrier portaient, en général, la dénomination du pays occidental avec une indication subordonnée du pays ou de la région colonisés.

En Algérie, les timbres-postes émis par l’Etat français ne portaient pas la mention « Algérie ». Mais, à partir de 1924, cette mention sera imprimée en surcharge avant d’être supprimée en 1958. Ainsi et depuis ce jour du 4 juillet 1962, les timbres français continuent à être utilisés, mais portent en surcharge la mention « E.A. ».

Le premier timbre « authentiquement » algérien ne sera émis que le 1er Novembre 1962, à l’occasion de la première célébration officielle de l’anniversaire du déclenchement de la lutte de libération nationale. Communément appelé le 1+9 (1 NF+ 9 NF), ce timbre surtaxé au profit des veuves de chouhadas (martyrs), très recherché par les collectionneurs, est aujourd’hui le plus célèbre et le plus côté des timbres algériens.
On y voit le drapeau algérien flottant au vent. En arrière-plan, sont visibles le continent africain et la péninsule arabique. La carte de l’Algérie se distingue du reste de l’Afrique grâce à une couleur plus foncée. Le premier timbre-poste algérien, symbole de la souveraineté nationale, est dominé par la couleur verte.

Celui du premier anniversaire de l’Indépendance, le 5 juillet 1963, est illustré par Ali Ali-Khodja. Il montre le drapeau algérien et de part et d’autre un djoundi et un ouvrier, symboles du passage de la Révolution armée à celle de l’édification du pays.

Sources :

  1. www.djazair50.dz
  2. http://www.algeriephilatelie.net

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *