.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 3 juin 2012, décès de la moudjahida Samia Lakhdari


lahSon nom est peu connu par les jeunes, pourtant, on la voit sur une célèbre photo aux côtés de Zohra Drif, Djamila Bouhired et Hassiba Ben Bouali. Samia Lakhdari était une grande moudjahida.

Samia Lakhdari fait partie de ceux qui ont répondu à l’appel à la grève lancé par le FLN, le 19 mai 1956. Et comme d’autres étudiants, elle rejoint immédiatement la cause alors qu’elle est en deuxième année de droit.

Son nom est peu ou mal connu, rarement cité, si ce n’est dans le livre témoignage de Zohra Drif « Mémoire d’une combattante de l’ALN. Zone autonome d’Alger » (éd. Chihab. 2013), qu’elle a commencé à écrire peu de temps après le décès de Samia Lakhdari pour réhabiliter ces anonymes qui ont pourtant beaucoup apporté à l’Algérie.

Tout le monde la connait sur cette photo datée du début de l’année 1957 et prise par Ali La point dans la Casbah d’Alger, aux côtés de Zohra Drif, Djamila Bouhired et Hassiba Ben Bouali. Elles sont jeunes, belles et portent toutes une arme.

Samia Lakhdari est fidaïa dans les commandos de la bataille d’Alger. Avec Zohra Drif et Djamila Bouhired, elles  ont un jour la mission de déposer chacune une bombe dans les quartiers européens. Samia est chargée de déposée la sienne à la Cafétéria, rue Michelet, ( Drif au Milc Bar et Bouhired dans le hall d’Air France). Cette action vient en riposte à l’attentat de la rue de Thèbes, du 10 août 1956. Cette besogne accomplit par des ultras de l’armée française avait fait plus de 70 morts. Tous des algériens, dont des enfants et des nourrissons.

Samia Lakhdari sera condamnée à mort par contumace en compagnie de la moudjahida Zohra Drif lors du procès de Djamila Bouhired et Djamila Boubacha.

Après l’indépendance, elle poursuit son combat pour d’autres causes nobles, notamment ceux des femmes, puis quitte l’Algérie et s’installe en Tunisie. Elle décède à l’âge de 78 ans, un 3 juin 2012, quasiment dans l’anonymat. Ne reste d’elle que quelques rares photographies et quelques témoignages ça et là, quasiment rien sur sa naissance, sa vie d’avant l’engagement pour l’indépendance… Et c’est bien dommage.

Zineb Merzouk

 

Sources :

  1. El Moudjahid du 03-06-2012, article signé N.K.
  2. http://www.hoggar.org/index.php?option=com_content&view=article&id=3171:les-heroines-de-la-bataille-dalger-vengent-les-victimes-algeriennes&catid=169:ait-benali-boubekeur&Itemid=36
  3. http://abou-anis.eklablog.com/-a92813795

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *