.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 27 mars 1958 – Le livre d’Henri Alleg interdit


henriAprès six semaines de large diffusion, le livre-témoignage, La Question d’Henri Alleg est interdit le 27 mars 1958, et Les exemplaires mis en vente sont saisis.

La Question est un livre bouleversant qui a fait le tour du monde à une époque où beaucoup fermaient les yeux sur la torture, largement pratiquée par les militaires français en Algérie.

A sa sortie, le 18 février 1958 aux éditions de Minuit, il n’était plus possible de nier cette pratique abominable. Henri Alleg en était bien plus qu’un témoin, une victime. Et il racontait les faits sans détours, avec une simplicité surprenante et un ton impassible. Et c’est là où réside toute la force de La Question.

Pour les faits, Henri Alleg a été arrêté le 12 juin 1957- le lendemain de l’arrestation de son ami Maurice Audin- par les hommes de la 10ème division parachutiste, et enfermé dans un tristement célèbre immeuble à El Biar. Il y sera emprisonné pendant un mois et torturé de la manière la plus inhumaine qui soit. Au bout de ce laps de temps, il sera transféré au camp de Lodi durant un autre mois, puis à la prison de Barberousse,  à Alger. C’est là qu’il écrira La Question et transmettra régulièrement et discrètement des feuilles noircies d’horreur à son avocat. Maitre Léo Matarasso qui avait suggéré au prisonnier d’écrire un récit détaillé des tortures qu’il a subit

Quelques mois plus tard, et alors que certains journaux en France ont été saisit pour avoir publiés des articles sur cette affaire « gênante » pour certains, l’avocat d’Henri Alleg, rassemblera le témoignage page par page et se met à la recherche d’un éditeur. Le choix tombe sur les Editions de Minuit, très proche du combat algérien. Et c’est son directeur, Jérôme Lindon, qui propose le titre de La Question, à la place du titre originel « Interrogatoire sous la torture ».

Dès sa sortie des presses, le 12 février 1958, l’impacte est colossal. Bien des consciences sont secouées. La Question s’ouvre avec une formule qui fait mal : « En attaquant les Français corrompus, c’est la France que je défends. »

En quelques semaines, plus de 60 000 exemplaires sont vendus. Affolement au sein du gouvernement Félix Gaillard. Les journaux qui ouvrent leurs colonnes au témoignage d’Henri Alleg sont saisit. Son site entre autre France-Observateur, France nouvelle ou encore l’Expresse où Jean-Paul Sartre signe le 6 mars un écrit très forts, intitulé «Une victoire»: «Alleg nous épargne le désespoir et la honte parce que c’est une victime qui a vaincu la torture».

Après six semaines de diffusion intense, le 27 mars, le gouvernement interdit purement et simplement La Question. « Des hommes du commissaire divisionnaire Mathieu, agissant sur commission rogatoire du commandant Giraud, juge d’instruction auprès du tribunal des forces armées de Paris, saisirent une partie de la septième réédition de La Question » , écrit le journaliste Jean-Pierre Rioux.

L’intérêt pour le livre se multiplie. Des demandes de traductions affluent de partout (anglais, suédois, néerlandais, japonais, danois, italien, allemand, hongrois, polonais).

Quatorze jours après son interdiction, Nils Andersson, éditeur-militant anticolonialiste suédois établit en Suisse, le republie avec une maquette qui rappelle l’originale, avec le texte de Sartre comme préface. La Question a fait le tour de la planète et sera réédité plusieurs fois.

En 1960, transféré à Rennes, Henri Alleg s’évadera d’un centre hospitalier. Laurent Heynemann a adapté le récit d’Henri Alleg sur les écrans en 1977 (Prix spécial du Jury au Festival International du Film de Saint- Sébastien).

 

Zineb Merzouk

Sources :

  1. La Question, d’Henri Alleg: histoire d’un maître livre du XXe siècle, in L’Humanité du 29 Juillet 2013
  2.  » La torture au cœur de la République « , par Jean-Pierre Rioux, in Le Monde, 26-27 avril 1998

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


One thought on “Cela s’est passé un 27 mars 1958 – Le livre d’Henri Alleg interdit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *