.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 25 février 1915, naissance de Mohamed Guenanèche


ENA imgHistorien nationaliste, Guénanèche a dédié toute sa vie à lutter pour ses idées, pour l’indépendance de l’Algérie et du Maghreb, pour l’avènement d’une société meilleure.

Né le 25 février 1915 à Tlemcen, Guenanèche est descendant d’une famille de la confrérie des Darqawa. Alors qu’il est âgé de 17 ans, il prend connaissance de l’existence de l’Etoile Nord-Africaine dans sa ville natale à travers son journal El Ouma. Avec ses amis, il se réuni tous les dimanches pour commenter les articles de cette publication.

A la veille du Front populaire, est fondée la première section des Amis d’El Ouma à Tlemcen. Guenanèche qui est son secrétaire, écrit alors l’un des premiers chants patriotiques algérien, bien avant celui que composera Moufdi Zakaria pour le PPA.

Il anime les cortèges de l’ENA dans les manifestations des 1er et 18 mai 1936 et suit avec beaucoup d’attention les débats du Congrès musulman. Lors de la tournée de Messali Hadj durant l’été 1936, il est littéralement soulevé d’enthousiasme.

Après la dissolution de l’Etoile, il fait partie, en février 1937, de la délégation nationale qui se rend en Tunisie avec Hamdaoui, Zakaria, Hocine Lahouel, Blel et Herga. La délégation rencontre les dirigeants destouriens, donne des interviews aux journaux et discute de l’avenir du Maghreb Arabe.

Après l’arrestation de Messali Hadj, il dirige en septembre 1937 avec Kehal Arezki et Filali, le Parti du Peuple Algérien en Algérie. Responsable du journal Echaâb, après l’arrestation de moufdi Zakaria, il est aussi secrétaire de la section de Tlemcen du PPA.  Guenanèche s’occupe plus particulièrement de l’Oranais, alors que Filali est responsable du Constantinois et Kehal de l’Algérois. Tous les trois, avec Hiouani Lakhder, sont arrêtés le 25 février 1938 et traduits le 30 janvier 1939 devant le tribunal correctionnel d’Alger.

Guenanèche est condamné à un an de prison et à la privation de ses droits civiques. Libéré, il s’installe à Ain Témouchent et devient tailleur. Mais il n’abandonne pas ses idées et continue à militer, cette fois-ci au sein du Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques (MTLD) et devient, durant six moisde l’année 1947, conseiller municipal du de ce mouvement à Tlemcen.

Il rencontre Messali Hadj à Bouzeréah, à Alger, en 1949 et partage son point de vu sur la direction et le Comité Central. Dans la crise qui secoue l’organisation nationale, il critique l’administrativisme des hommes du Comité Central, l’excès de centralisation où, en fait, les directives arrivent sans discussion. Tout en étant, selon sa propre expression « de cœur avec Messali », il se montre en désaccord avec la direction du Mouvement National Algérien.

Il rejoint le FLN en 1955 et est arrêté en mars 1956 à Tlemcen. Il est emprisonné à Aflou, Arcole, Bossuet et libéré à la fin de l’année 1959.

Après l’indépendance, Mohamed Guenanèche devient historien. Il publie plusieurs ouvrages, notamment « Les positions politiques entre le réformisme et le nationalisme » ENAL, 1983, « L’Etoile Nord-Africaine », édition bilingue, OPU, en collaboration avec Mahfoud Kaddache ; « Le parti du peuple algérien (document témoignage) en collaboration avec Mahfoud Kaddache, OPU ; « Le mouvement d’indépendance en Algérie entre les deux guerres (1919-1939) ; OPU, 1990.

Mohamed Guenanèche décède le 9 décembre 2001, à Madrid. A la fin de sa vie, il disait : « Pour entrer dans le troisième millénaire, il faut faire un bilan et tout changer, nos perceptions de la vie, notre attachement aux idées surannées du passé. Il faut faire un bilan de l’histoire avec des yeux nouveaux pour en tirer les leçons et construire l’avenir ».

Synthèse K.T.

Sources :

  1. « Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens. 1926-1954 », par Benjamin Stora. L’Harmattan, 1985.
  2. « Dictionnaire encyclopédique de l’Algérie », par Achour Cheurfi. Editions ANEP 2007.

 

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *