.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 25 avril 1956, Dissolution de l’Union Démocratique du Manifeste Algérien (UDMA)


ferhatC’est au Caire que Ferhat Abbas annonce officiellement la dissolution de son parti, l’Union Démocratique du Manifeste Algérien et son ralliement le FLN.

 

L’Union Démocratique du Manifeste Algérien (UDMA) est crée en mai 1946 par Ferhat Abbas, et les premiers tracts du parti sont distribués dans les jours qui suivent. Son programme est axé « sur le contenu du Manifeste Algérien, réaffirmant son attachement à œuvrer à la concrétisation de la liberté et de l’égalité, son refus de l’assimilation et de la scission avec la France, compte tenu de l’accession récente, de son point de vue, du peuple algérien à la démocratie, aux sciences et à l’industrie, et qui se doit donc de s’associer à une grande nation libre et se frotter à une démocratie française ancienne. »

Le parti va donc regrouper les principaux rédacteurs du Manifeste de 1943, dont Ferhat Abbes, Dr Saâdane, Ahmed Boumendjel et Ahmed Francis, et avant toute organisation structurelle, les candidats de l’UDMA se présentent aux élections législatives de juin et remportent 11 des 13 sièges du 2ème collège. Ce n’est qu’en octobre que seront désignés le Comité central, le Bureau politique et le secrétariat général dirigé par Ferhat Abbas et son second Ahmed Boumendjel.

L’organisation de ce parti était simple. Elle repose sur la section qui est l’unité de base au niveau des villes ou des communes rurales. Celles-ci sont animées par des comités de coordination qui, à leur tour, sont regroupés en fédérations départementales. Des délégués de sections se réunissent en Congrès annuel pour désigner leur Conseil national et un Bureau politique, organes de direction.

L’activité de l’UDMA était essentiellement électoraliste.  Son objectif était d’agir par le biais de ses représentants élus au sein des Assemblées. Mais les revendications étaient en disproportion totale avec leur nombre. Très minoritaires, ces représentants ne purent faire aboutir aucun projet de loi. L’UDMA conclura une alliance éphémère avec le MTLD de Messali Hadj en 1951 mais ne durera que très peu de temps. Le parti connait alors une période de crise, ses militants désertent ses rangs.

Le dialogue avec le pouvoir colonial devient de plus en plus difficile et est rompu lorsque son leader, Ferhat Abbas, rallie le FLN.

En décembre 1955, les élus UDMA démissionnent de leurs postes, répondant à la demande du FLN de boycotter les institutions coloniales. Le 30 janvier 1956, les principaux dirigeants de l’UDMA se réunissent en Suisse pour décider de leur ralliement au FLN. Le 25 avril 1956, Ferhat Abbas rejoint officiellement le FLN au Caire, en compagnie de Ahmed Francis et de Tewfik El-Madani, après avoir annoncé la dissolution de son parti.

Z.M

Sources :

  1. « Dictionnaire encyclopédique de l’Algérie », par Achour Cheurfi. Editions ANEP, 2007
  2. Malika Rahal, « Prendre parti à Constantine : l’UDMA de 1946-1956 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 35-36 | 2007, mis en ligne le 12 août 2012. URL : http://insaniyat.revues.org/3714

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *