.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 24 novembre 1991, la Casbah d’Alger est classée site historique national


Algiers cityPrécieux témoin de l’histoire de l’Algérie, la Casbah d’Alger est classée site historique national en 1991. Depuis, plusieurs textes de loi lui sont consacrés, mais elle est toujours menacée de disparaitre.

 

Le site de la Casbah d’Alger, objet de nombreuses études depuis les années 1980, a été classé site historique nationale le 24 novembre 1991. Une année plus tard, il est inscrit sur la liste du patrimoine universel lors de l’assemblée générale de l’UNESCO à Santa Fe, et ce, grâce à la conservation de son intégrité. Selon l’UNESCO, « dans leur ensemble, les caractères esthétiques, les matériaux utilisés et les éléments architecturaux gardent leurs aspects originaux qui expriment les valeurs ayant prévalu au classement du site sur la Liste du patrimoine mondial. »

Quelques années plus tard, en 1998, une autre loi relative à la protection du patrimoine pose la notion de secteur sauvegardé avec la création du « Plan Permanent de sauvegarde et de mise en Valeur des Secteurs Sauvegardés » (PPSMVSS). La Casbah devient par cette même loi (98-04 du 15 juin 1998) « un bien culturel » et un « secteur sauvegardé ». Mais les modalités d’établissement du plan (PPSMVSS) ne seront fixées que cinq ans après, lors de la promulgation du décret 03-324 daté du 5 octobre 2003. Puis, en 2005, un décret exécutif (05-173, 09 mai 2005) portant création et délimitation du secteur sauvegardé de la Casbah d’Alger. Sa délimitation étant celle des remparts ottoman, de la citadelle en hauteur, jusqu’à la mer.

A la fois témoin et acteur de l’histoire d’Alger à différentes époques, la Casbah, El Mahroussa, est un véritable joyau architectural. Durant la colonisation, la cité avait suscité la curiosité de l’occupant qui n’a pas hésité à détruire une bonne partie vers le bas pour construire une grande place, rasant ses bazars- et anéantissant son artisanat et sa petite industrie- des mosquées- dont la fameuse Essaïda- et des demeures… A s’emparer d’objets historiquement précieux ; à détruire des habitations et à réaménager des passages, détériorant ainsi des pans entiers de la Casbah.

Aujourd’hui, elle reste la première destination touristique de la capitale et sa partie basse son centre le plus animé. Mais son état de délabrement est de plus en plus inquiétant. Certains accusent l’Etat de ne pas mettre en place des dispositions plus concrètes pour sa restauration et sa conservation. D’autres pensent que ses habitants ont sont grandement responsables parce que beaucoup ont entrepris des travaux …

Ainsi l’Etat et les habitants de la Casbah se renvoient la balle, pendant que la cité s’effondre par pans entiers. Des associations tirent la sonnette d’alarme, mais leurs voix restent inaudibles par ceux qui ont la responsabilité et les moyens d’agir.

En perpétuel travaux de restauration, cette cité voit déferler des dizaines d’équipes d’architectes restaurateurs algériens et étrangers depuis plusieurs années. Pourtant, le résultat est loin d’être visible. La Casbah d’Alger demeure toujours en détresse…

Z.M.

Sources :

  1. www.casbahdalger.dz
  2. http://www.djazair50.dz
  3. http://whc.unesco.org

 

 

 

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *