.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 23 septembre, décès du peintre Lazhar Hakkar


artFigure emblématique de l’art algérien, l’artiste-peintre et céramiste Lazhar Hakkar disait qu’il labourait ses toiles comme il labourait la terre. Cette terre qui lui était si chère et dont il usait sur ses toiles ou qu’il représentait en peignant l’Algérie et sa mémoire.

 

Né le 13 décembre 1945 à Khenchela, Lazhar Hakkar fait ses études à l’Ecole Nationale des Beaux-arts d’Alger entre 1963 et 1968. Il est encore étudient lorsqu’il obtient le troisième prix de peinture organisé par l’Ecole des Beaux-arts et le CCF. Il obtient plus tard le deuxième puis le grand prix de la ville d’Alger (1972 et 1976). En 1988, c’est la médaille de bronze qu’il se voit décerner à la biennale internationale de peinture d’Alexandrie.

Membre fondateur du festival international des Arts plastiques de Souk-Ahras, il est secrétaire des relations extérieures de l’UNAP entre 1978 et 1982, avant de travailler comme chef de création à la Sonitex jusqu’en 1987.

Sa peinture est un constant mouvement des signes ancestraux dont les graphismes et les formes géométriques auressiennes constituent le noyau. Même si son approche paraît plus intuitive que cérébrale, chacune de ses œuvres se présente comme un espace animé de tiraillements contradictoires où les couleurs se heurtent et se défont, donnant à voir les formes multiples de l’espoir.

De la miniature à la sculpture, en passant par la photographie, la calligraphie, et bien sûr la peinture, les œuvres de cet artiste sont autant de témoins de l’histoire récente de l’Algérie. Dans ses tableaux par exemple, il revient sur Regane, Hizia, les inondations de Bab El-Oued… et traite autant de la philosophie que de l’humain, du social et de la culture.

Depuis 1972, il expose régulièrement en Algérie et à l’étranger, notamment au Musée national des Beaux-Arts d’Alger, à la galerie Skifa et Isma… et à l’étranger, à Moscou, Tunis, Italie…

Sa dernière exposition date de novembre 2012/février 2013, au MAMA, sous l’intitulé : « Traversée de la mémoire ». Il s’agit quasiment d’une anthologie de ses œuvres, réalisées tout au long de sa carrière et d’un voyage dans la mémoire collective. C’est ainsi qu’on y retrouve des œuvres qui traitent des années 1990, avec des visages blêmes aux expressions inquiètes, des silhouettes inquiétantes, des couleurs délavées chargées de tristesse mais non de désespoir total… L’artiste replonge dans ce passé récent non encore décomposé avec une lucidité certaine : « Durant la décennie noire que nous avons traversée, nous étions égarés. Il n’y avait pas de visibilité au niveau de la pensée. J’ai extériorisé cette peur à travers la peinture. Nous avons vécu des moments extrêmement difficiles, où chacun avait peur de l’autre. Aujourd’hui encore, les gens n’ont pas encore extériorisé cette peur. Nous sommes encore sous la pression de cette angoisse. Actuellement, il y a la mémoire de la peur. L’être humain a peur de la pensée. Il n’y a pas de censure ».

Dans ses toiles, on peut retracer tout un parcours artistique d’un point de vu technique et sensitif. Alors qu’il use et abuse, durant ses premières années, de peinture à l’huile, d’encre de Chine et d’acrylique, il semble, à un moment de son travail-comme un tournant décisif- chercher mieux exprimer ses émotions. Il développe alors d’autres matières et matériaux pour transcrire des couleurs plus précises en utilisant de la terre, des feuilles d’or…

Pourtant, Lazhar Hakkar ne semble pas satisfait. Il cherche encore d’autres textures et d’autres teintes pour mieux révéler ce qu’il l’anime tout au fond de lui. Ses recherches n’aboutiront pas. Son souhait d’exposer l’ensemble de ses œuvres dans un même lieu ne se fera pas. Il décédera le 23 septembre 2013 à Alger, à l’âge de 68 ans. Il sera enterré au cimetière de Sidi Yahia (Alger).

Synthèse K.T.

Sources :

 

  1. « Lazhar Hakkar tire sa révérence », par N. H. publié le 22 septembre 2013 in http://zniqa.com
  2. http://chawi.over-blog.com
  3. Presse nationale

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *