.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 1er février 1968 … Naissance de Cheb Hasni.


hasni0Surnommé le rossignol du raï ou roi de la chanson sentimentale, cheb Hasni aurait fêté ses 48 ans aujourd’hui.

De son vrai nom Hasni Chakroune, Cheb Hasni est né le 1er février 1968 dans le quartier populaire de Gambetta à Oran au sein d’une famille modeste et déchirée. Son père soudeur quitte très tôt le foyer. Sa mère est femme de ménage. C’est au CEM Bachir Kebabti, alors qu’il fait partie de la chorale de l’école que lui sont reconnues des capacités vocales présageant un fulgurant parcours.

Hasni arrête ses études à la quatrième année moyenne et retrouve le chemin des stades en jouant au sein de l’Asco, sans pour autant renoncer à sa première vocation. A seize ans il commence à chanter dans des soirées et des fêtes, à l’insu de ses parents, seul Laâredj, son frère et complice, est au courant. A dix huit ans, sans répertoire propre, il interprète dans les casinos les succès des Chebs Benchennet et Khaled. C’est à travers ce circuit obligé que pointe sa première chance : remarqué par un producteur en 1986, il se voit proposer un duo avec la déjà star Zahouania. Le succès estival de cette collaboration, sous le titre Barraka Mranka, une chanson dont la paternité du texte est sujet à controverse, lui ouvrira ses première portes. L’intitulé de ce tube est décidément très prometteur.

Au lieu de marcher sur la trace de ceux qui’ l’ont précédé, il se jette corps et âme dans le pop raï, un rythme nouveau, empreint d’un sentimentalisme débordant, exprimant le drame d’être d’une jeunesse tiraillée par le poids des tabous et la douleur de la marginalisation. Tal ghiabek y ghzali et Ma tgouli hada maktoubi qui ont un franc succès traduisent bien cette orientation. Visa, Ki netfakkar, Khalitlek amana et surtout Gaâ N’sa (Toutes les femmes) le consacrent meilleur chanteur dans son style. Autobiographique, Madhanitek Netfarkou (Je ne pensais pas que nous allions nous séparer) évoque son propre divorce. Ce tube sera vendu à 70.000 exemplaires.

La plupart du temps c’est lui-même qui fait la musique de ses chansons, alors que Miloud Mohamed et son frère s’occupent des paroles. Sur scène, il donne toute sa mesure, malgré sa corpulence dissimulée sous des habits très amples. Le plus prolifique des Cheb – il avait plus d’une centaine de cassettes- fascine les jeunes et plus particulièrement les filles. Ses concerts drainent les grandes foules pour des danses endiablées, tard dans la nuit. Ses fans qui se comptent par milliers lui ont attribué de nombreux titres : Prince du raï, roi de la chanson sentimentale, Joselito ou Julio Igelsias l’Oranais. Quant aux critiques, relevant que la femme et l’amour déchiré constituent les deux thèmes majeurs de son chant, ils situent son style de raï entre « néoclassicisme et futurisme » avec des «lamentos facétieux ». Bref, les airs langoureux de ses tubes ont imposé la mélodie dans un genre voué au rythme.

Ses innombrables sorties le mèneront en France où il fait la connaissance d’une émigrée algérienne Mlouka avec laquelle il aura en 1990 un enfant prénommé Abdallah. Deux autres évènements vont être décisifs dans sa carrière : La mort en 1991 d’un homonyme l’obligera à produire la fameuse Galou Hasni Mat (Ils ont dit que Hasni est mort) et, en 1993, la mort de son frère Laâradj, le troublera au plus profond de son âme.

Celui qu’on présentait à l’époque comme le plus sérieux rival de Khaled sera assassiné par balles, au beau milieu d’une admirable carrière, le 29 septembre 1994 à Oran. Hasni avait 26 ans et de beaux jours encore devant lui.

Quelques jours après sa mort le GIA, le Groupe islamiste armé, revendiquait l’attentat dans son bulletin clandestin. Le tract, stipulait que le chanteur était aux yeux du GIA «un ennemi de Dieu qui propageait le mal dans le pays». Ce mal, toute une jeunesse en était bercée. L’annonce de son assassinat sera un véritable choc pour ses fans qui, cependant, continuent, aujourd’hui encore, à écouter ses chansons. Hasni restera une légende.

Source :

  • « Dictionnaire encyclopédique de l’Algérie », par Achour Cheurfi. Editions ANEP, 2007.

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *