.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 19 avril 1897, inauguration du Musée national des antiquités d’Alger


musLe Musée national des antiquités est le plus ancien musée d’Algérie et d’Afrique du Nord. Il était destiné à recevoir dans ses collections des objets relatifs à l’ethnographie, aux antiquités, aux arts et aux industries d’Algérie.

Son histoire débute vers 1838. L’idée de la construction d’un musée pour les collections antiques revient à Adrien Berbrugger premier conservateur qui leur réserva une pièce spéciale dans la caserne des janissaires, rue Bab-Azoun, et l’annexe, en 1835, à la première bibliothèque qui deviendra plus tard la Bibliothèque Nationale d’Alger. En 1845, il obtient une dizaine de chambres au Palais de la Djenina. Les objets y sont transférés et exposés ensuite, en 1848 dans des pièces voûtées, du bas d’une maison mauresque, sise au 18 rue des Lotophages, qui sera démolie en 1862, lors des travaux de fortifications. Un an plus tard, le Musée et la Bibliothèque sont installés dan l’ancien palais de Mustapha Pacha, rue de l’Etat Major, à la Casbah. Le musée occupe le rez-de-chaussée et l’une des salles du second étage, alors que le premier étage est réservé à la Bibliothèque. Le Musée est alors divisé en quatre sections : Antiques, Monuments indigènes, épigraphies et autres, Objets d’Art Arabe.

 A la fin des années 1880, les lieux deviennent exigus et inadéquats pour abriter les collections. «A l’intérieur du patio du palais Mustapha Pacha, les objets exposés sont en général volumineux et difficiles à placer dans les salles du palais-lesquelles sont initialement des chambres profondes et étroites en raison de la faible portée des rondins de thuya exclusivement employés jadis comme solives dans la plupart des maisons et des petits palais mauresques. La faible luminosité des salles entourant le patio est accentuée par la masse encombrante et l’ombre portée de ces objets sur les petites ouvertures existant le long des galeries », écrit Nadia Oulebsir.

« Malheureusement, les galeries du Patio où sont les antiquités et les salles de dépôt des livres sont des plus obscres, de sorte qu’on ne peut guère étudier sans une lumière, les pièces les plus intéressantes de la collection, et qui les lecteurs travaillent en plein air », écrit George Doublet

A cette situation précaire, s’ajoute un conflit entre le Conseil général d’Alger et le gouvernement général autour de la gestion de la Bibliothèque-Musée. Décision est donc prise de faire scission entre la Bibliothèque et le Musée. Ce dernier sera ainsi transféré dans la banlieue est d’Alger, appelée par les Français Mustapha Supérieur.

Le Muée est installé dans une maison affectée auparavant à l’Ecole normale primaire et située au milieu d’un jardin public, le parc de Galland.

A son installation, le Musée hérite, en plus de son ancienne collection, d’un fond de l’Exposition permanente des produits d’Algérie. Il est composé entre autre d’armes, de trophées, de souvenirs locaux, de pièces d’art… rassemblés dès 1854.

Le musée sera agrandi en 1903 et de nouvelles salles seront adjointes au noyau primitif, et grâce au savant Stéphane Gsell, elles ne tarderont pas à se meubler. Le musée s’enrichit notamment par l’acquisition de la collection Ben Aben à la suite d’une exposition organisée à Alger en 1905.
Le 18 mai 2003, à l’occasion de la journée mondiale des musées, un nouveau bâtiment est inauguré pour abriter les collections d’art islamique.

Synthèse Zineb Merzouk

Sources :

  1. Nabila Oulebsir : « Les usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale en Algérie, 1830-1930 », Les Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2004
  2. George Doublet : « Musées et collections archéologiques de l’Algérie », sous les ordres de René de La Blanchère, Editions Ernest Leroux, Paris, 1890
  3. http://www.musee-antiquites.art.dz

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *