.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 18 mars 1962, accords d’Evian. Les dernières heures avant la signature


accordPour mieux saisir ce moment historique de la signature des Accords d’Evian, rien de mieux que de relire le livre « L’Algérie à Evian » de Réda Malek qui était le porte-parole de la délégation du FLN chargée de mener les négociations avec la partie française. Certains passages sont surprenants, d’autres émouvants. Il est utile de les sortir de l’ouvrage pour connaitre les dernières heures et les sentiments dominant qui ont précédé la signature du document qui allait mettre fin à la colonisation française en Algérie.

 

Les derniers jours des négociations sont ponctués par de la nervosité, des incertitudes, des désaccords de part et d’autre. Et le temps parait si long…

A la veille de la signature du texte finalisé, du côté français, on juge inapproprié le terme d’« accords ». Autour de la table, on tente de lui trouver un substitut acceptable. Mais à défaut de trouver le mot juste, on fini par opter pour « conclusions ». On parle ainsi de « Conclusions des pourparlers d’Evian ». Mais le jour J, M’hamed Yazid négociera la suppression du « s » pour une connotation plus politique.  

Le samedi 17 mars, l’ambiance est fébrile à l’Hôtel du parc. Les documents se succèdent « comme si nos vis-à-vis s’étaient mués en machine à produire des textes. Nous devons les revoir et vérifier, en particulier, si les différents amendements qui ont donné lieu à tant de veilles y figurent bien », écrit Réda Malek.

Dimanche 18 mars. Les négociateurs se retrouvent en fin de matinée pour une dernière lecture avant le moment tant attendu. Chacun des présents dispose d’un jeu complet des accords. « Après le déjeuner, Louis Joxe bat le rappel. Dans son esprit, c’est pour signer immédiatement. Mais Krim suggère une ultime lecture. Le chef de la délégation française est un bref instant interloqué, puis se tournant vers un de ses collaborateurs, lui demande d’avertir l’Elysée qu’il rappellera dans une heure et demie. »

Malek décrit la scène qui suit de spectacle insolite : « les membres de la délégation française nous lisant, tour à tour et à haute voix, les 98 pages des accords. Nous suivons studieusement sur nos documents. Il n’y a qu’une seule interruption au sujet d’un alinéa de la Déclaration des garanties :’’Les nationaux français nés en Algérie ou justifiant de dix années de résidence habituelle…’’ L’erreur-une coquille de taille !- résidait dans la substitution du ‘’ou’’ au ‘’et’’. »

Le moment historique arrive enfin. La signature du document.

Les membres de la délégation sont surpris de voir les trois ministres français apposer successivement leur paraphe. « Quant vient le tour de la délégation algérienne, raconte Redha Malek, Krim a un moment d’hésitation. Il regarde de part et d’autre Bentobbal et Dahlab d’un air interrogateur. Dahlab le sort d’embarras, en déclarant que pour ce qui est de l’Algérie, seul le chef de sa délégation est habilité à signer. »

L’auteur de « L’Algérie à Evian » rapporte les interrogations de Krim Belkacem qui, au moment d’apposer sa signature à un contre trois, s’est demandé s’il n’alourdirait pas encore plus le fardeau qui pesait déjà lourd sur ses épaules.

Mais le doute ne durera pas longtemps. Passé l’effet de surprise, « le vice-président du GPRA assume pour la postérité son acte historique, en toute simplicité, sous le regard ému de ses collègues. »

Une fois les documents paraphés, Louis Joxe prend la parole. Dans la salle, le silence est « d’une exceptionnelle gravité», écrit Redha Malek.

Le ministre souligne simplement l’importance de ces négociations et de leur aboutissement et « exprime le vœu que les uns et les autres soient à la hauteur des nouvelles tâches de la paix. Une poignée de main entre les membres des deux délégations, qui s’en étaient abstenus jusqu’ici, scelle l’accord et la réconciliation. Il est 17h30. »

« Lorsque je me rends à Aubonne, poursuit Malek, à deux ou trois kilomètres du Signal-de-Bougy, pour tenir ma dernière conférence de presse et annoncer l’accord du cessez-le-feu, le général de Gaulle a déjà parlé. Il avait attendu la signature pour apparaître aussitôt en uniforme sur le petit écran. »

Rehda Malek décrit les réactions des deux bords. Ainsi, les membres de la délégation française sont soulagés, mais aucune joie n’est affichée sur leurs visages. « ‘’ On ne fête pas Waterloo’’, m’avouera, un jour, un des négociateurs français les plus en vue. J’ai trouvé le jugement excessif, mais il décrivait sans doute le sentiment dominant. »

Pour ce qui est de la délégation algérienne, ses membres affichent clairement leur joie, « mais étions-nous vraiment soulagés ? L’autosatisfaction n’était pas le fort du FLN et, la fatigue aidant, le cœur n’y était plus pour savourer un moment si ardemment attendu. Nos pensée allaient plutôt à nos proches, aux figures amies, aux innombrables compagnons de lutte qui, victime de l’idéal qui a remué l’Algérie dans ses profondeurs, n’étaient plus là pour assister avec nous à sa concrétisation. Non ! Le Signal-de-Bougy n’a pas ce soir-là, pavoisé. Et la plupart d’entre nous montèrent se coucher plus tôt que de coutume. »

Redha Malek restera pour sa part avec Bentobbal et Belaïd Abdesselam -venu leur rendre visite- à échanger des impressions et lire des journaux. Un appel lui apprend que les Cinq arriveront d’un moment à l’autre.

Ils arrivent à l’hôtel vers 23 heures. « Ahmed Ben Bella apparait, suivis de Laghzaoui, Khatib, Aherdane, Mohammed Boudiaf, Hocine Aït Ahmed, Mohammed Khider et Rabah Bitat. Tout le monde est là. Krim, Yazid, Dahlab descendent de leurs chambres. Congratulations chaleureuses »

Le lendemain, 19 mars 1962, à midi, la guerre d’Algérie sera officiellement terminée.

Synthèse Zineb Merzouk

Redha Malek : « L’Algérie à Evian. Histoire des négociations secrètes 1956-1962 ». Seuil, 1995.

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *