.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 16 mars 1993, assassinat de Djilali Liabès


LiabesIl y a 22 ans jour pour jour, le professeur Djillali Liabès était assassiné à bout portant devant son immeuble à Kouba (Alger), alors qu’il s’apprêtait à se rendre à l´Institut National des Etudes de Stratégie Globale (INESG) qu´il dirigeait.

 Djillali Labès est né le 1er janvier 1948 à Sidi Bel Abbés. Il fait ses études secondaires dans sa ville, au lycée Assa-Abdelkader (ex- Laperrine) où il obtient son baccalauréat en 1967 en série Lettres. Puis il poursuit ses études supérieures à l’université d’Alger et obtient une licence en philosophie et en sciences sociales, ainsi doctorat 3ème cycle et un doctorat d’état en littérature et sciences humaines.

Il est directeur de recherches, puis directeur du Centre de recherches et d’études en économie appliquée au développement (CREAD). A cette période, Djilali Liabès fait un rêve prémonitoire.  Il voit l’Algérie à feu et à sang et se voit ministre, puis assassiné. « Mon enterrement sera comme celui de Boumediène mais en plus petit. Si ce dont j’ai rêvé devait m’arriver, il faut que je termine tout ce que j’ai entrepris », dit-il à ses collègues. Son rêve et ses mots seront, des années plus tard, raconté par l’une de ses collègues qui témoignera lors d’un hommage qui lui sera rendu.

Après le CREAD, Djilali Liabès est professeur de sociologie à l’université d’Alger. Et le 17 juin 1991, il est nommé ministre des Universités au sein du gouvernement Ghozali. Et en février 1992, il aura le portefeuille des Universités et de la Recherche scientifique. Quelques mois plus tard, il assure l’intérim de ministre de l’Education, à la suite de la démission de Mohamed Benmohamed après le « scandale » du baccalauréat.

Cette même année, Djilali Liabès préside la « Commission Algérie 2005 », installée le 15 février par le président du Haut Comité d’Etat et chargée de réfléchir à l’évolution de la société algérienne dans les dix années à suivre. Sa synthèse devait présenter au HCE un future modèle de la société algérienne tel que le souhaitaient les modernistes.

N’appartient pas à la nomenklatura et symbolise même l’universitaire algérien critique, notamment à l’égard de l’évolution économique et sociale du pays depuis l’indépendance, Djilali Liabès est un intellectuel imaginatif et raffiné, spécialiste de la sociologie industrielle. En octobre 1992, il est nommé directeur de l’Institut National d’Etudes de Stratégie Globale (INESG).

Le mardi 16 mars 1993, Djilali Liabès est assassiné par balles, à la Cité Ben Omar de Kouba, il alors qu’il vient de quitter son domicile pour se rendre à l’Institut.

Son rêve prémonitoire venait de se réaliser…

Djillali Liabès développait une réflexion prospective sur les tendances lourdes du changement socio-économique que s´apprêtait à affronter la société algérienne. Cette étape à l´INESG fut la dernière halte professionnelle et mettra tragiquement fin à une expérience tout aussi riche que variée

Synthèse K.T.

Sources :

  1. « Dictionnaire encyclopédique de l’Algérie », par Achour Cheurfi. Editions ANEP, 2007
  2. « Commémoration de son assassinat en 1993. Liabès : dix ans déjà ! », par Mekioussa Chekir. Publié in Le Matin du 16-03-2003
  3. https://ajouadmemoire.wordpress.com
  4. http://www.orient-lib.com

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


One thought on “Cela s’est passé un 16 mars 1993, assassinat de Djilali Liabès

  1. Rouadjia Ahmed

    C’était un homme cultivé, intelligent, réceptif et pondéré, Djilali…Je l’avais rencontré juste quelques mois avant son assassinat, lorsqu’il était Ministre de l’Enseignement Supérieur sous le gouvernement de Sid Ahmed Ghozali, en 1992…D’une culture raffinée qui détonnait et qui détonne encore avec celle -grossière et rêche- de certains de nos ministres en poste, et qui ne savent pas dérouler une phrase correcte ni en arabe ni en français ni en chinois sans tomber dans le ridicule et le cocasse, Liabès était l’exemple type de l’universitaire et de l’homme de l’Etat, deux fonctions qu’il savait concilier et mener conjointement sans dommages…L’Algérie indépendante n’en pas produit bcp de ce profil de personnalité…Belaid Abdesselam, successeur de Ghozali,nous avait promis que ses assassins seraient arrêtés et condamnés, et nous voilà, 22 ans plus tard, qui attendons la conclusion de l’enquête qui aurait été diligentée à l’époque…Qui avait tué Liabès et pourquoi? Deux questions très dangereuses qu’il ne faut jamais poser en Algérie au risque de se faire accuser de je ne sais quel crime!!!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *