.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 15 juin 1993, assassinat de Mahfoud Boucebci


sebLe 15 juin 1993, le professeur Mahfoud Boucebci, psychiatre de renommée internationale fut assassiné devant son service à l’hôpital Drid Hocine, de Kouba (Alger). Il était le père de la psychiatrie algérienne.

«Être psychiatre, c’est emprunter une longue route, pas toujours facile, mais mon souhait c’est qu’au terme d’une longue, riche carrière réussie, vous puissiez vous dire : ‘’j’ai chaque jour essayé de soigner la souffrance sans jamais en tirer un profit, j’ai chaque jour respecté l’homme dans son essence libertaire‘’ »  (Pr Mahfoud Boucebci, le 2 décembre 1990)

Plus qu’un clinicien en blouse blanche, le professeur Mahfoud Boucebci était un homme engagé. Ses actions, il les menait sur le front social, car il était le défenseur des exclus de la société. Il ne jugeait pas, il aidait. Ses patients, il les considérait comme des êtres humains en difficulté et non de simples sujets anonymes à étudier.

Il a été assassiné par des terroristes islamistes qui ne pouvaient accepter qu’on défende les laissés-pour-compte, les marginalisés. Mahfoud Boucebci osait briser des tabous. Et cela était inacceptable pour les adeptes de l’obscurantisme.

Il a été assassiné par des êtres inhumains qui ne voulaient pas entendre parler des droits et de démocratie. Parce que le professeur était de ceux qui allaient jusqu’au bout de leurs convictions, « Le savoir ne vaut que s’il est partagé. Le savoir est connaissance utile que s’il est transmis ». Et lui rêvait de partager des valeurs républicaines et des voies clairvoyantes avec ses concitoyens.

« La connaissance et le travail étaient pour lui des valeurs fondamentales et pérennes. Sa générosité était sans limites », écrit Mahmoud Boudarene, un ancien étudient du professeur.

Membre fondateur, en 1985, de la première Ligue des droits de l’homme en Algérie, le professeur Boucebci avait participé, la veille de sons assassinat, à la constitution du Comité de vérité sur l’assassinat de l’écrivain et journaliste Tahar Djaout, assassiné quelques semaines auparavant.

Il avait formé des générations de psychiatres algériens, et avait participé activement à la formation de psychologues, d’éducateurs, de personnel paramédical…

Il était de tous les combats, et des plus nobles. Et il mérite d’être plus et mieux connu par les jeunes, pour sa tolérance, pour son humilité, pour son engagement sincère, pour son apport au mouvement associatif…

Zineb Merzouk

 

Sources :

  1. www.fmboucebci.com/
  2. http://paixetjustice.over-blog.com/article-psychiatre-un-metier-perilleux-mais-exaltant-hommage-au-professeur-mahfoud-boucebci-106889446.html
  3. http://anneethubertploquin-dcc.over-blog.com/boucebci
  4. http://firstprayer.skyrock.com/304487196-mahfoud-boucebci.html 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


One thought on “Cela s’est passé un 15 juin 1993, assassinat de Mahfoud Boucebci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *