.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 10 décembre 1948 – L’adoption de la Déclaration Universelle des Droit de l’Homme par les états membres de l’ONU –


onuL’idée de l’élaboration d’une charte des droits de l’Homme, fut abordée dés la plus haute antiquité. Le code d’Hammourabi, un recueil babylonien réalisé par le roi Hammourabi, dit « le Juste » (1793- 1750 avant J.C.),  rend compte de la volonté de mettre en place une loi naturelle qui régit les peuples. 

 

De l’utopie, à la réalité géopolitique 

Dans un contexte plus contemporain, cette question fut posée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et s’est vue concrétisée à travers  la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, qui a été adoptée  le 10 décembre 1948 (pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre). A noter que cette même année, était marquée par un fait historique majeur :  la création de l’Etat d’Israël,  dont l’une des conséquences se traduit par l’exode des palestiniens lors de la  Nakba  palestinienne* du 15 mai  1948.

Ratifiée par 50 états, membres de l’Organisation des Nations Unis (ONU), la Déclaration Universelle des Droit de l’Homme (DUDH), rédigée principalement par le juriste français René Cassin, s’inscrit dans  une idéologie inspirée fortement  de la Révolution française de  1789 ; et  qui repose sur des fondamentaux « d’une éthique à caractère universel* ». Elle a pour principaux axes,  le maintien de la paix entre les nations, le respect  des droits et de l’intégrité physique et morale individuelle, et collective.  

Cependant, des problématiques telles que la question des colonies et des territoires placés sous tutelles se posent très rapidement; mettant ainsi en exergue au moment de son adoption l’accès au droit à l’auto-détermination. Le monde occidental fait face aux impasses liées aux droits sociaux, culturels et économiques que pose la DUDH.

En effet, le caractère non exécutoire* de la Déclaration souligne ses carences, comme l’affirme le professeur Karel Vasak, auteur d’un texte intitulé : la réalité juridique des droits de l’homme dont voici une bribe : « Notion moderne d’une réalité fort ancienne, les droits de l’Homme prisdans leur ensemble n’ont pendant longtemps que médiocrement intéressé le juriste. Fortement contaminée par la politique »La mise en place d’organes et d’entités juridiques, tels que la Cour International de Justice  ne garantie pas expressément une application optimale et systématique des articles stipulés dans la dite charte, dont L’article 1er précise pourtant : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. » Il faut attendre le milieu des années cinquante,  pour que le processus de libération de plusieurs pays, dont l’Algérie relance  le débat à propos de la notion de l’auto-détermination. La reconnaissance officielle du GPRA comme représentant  de la cause algérienne par l’ONU, le 20 décembre 1960 marque le début d’un discours international favorable à l’indépendance de l’Algérie. 

 

*La DUDH n’a pas d’obligation juridique, et ne dispose que d’une valeur déclarative. Pour y remédier, deux textes complémentaires furent adoptés par la commission des droits de l’homme de l’ONU au cours des années 60/70; et qui ont force obligatoire pour les états signataires.

 

Leila Assas 

Sources :  

  1. Nakba ou Naksa  «  désastre » termes pour désigner l’exode massif des palestiniennes  suite à l’occupation israélienne.  
  2. « D’une éthique à caractère universel* », tiré du  Rapport « Notre diversité créatrice » de l’ONU /UNESCO 
  3. Hommes et libertés (revue de la Ligue des droits de l’homme), numéro spécial consacré au 50ème cinquantenaire de Déclaration universelle des droits de l’homme (N°101), 1998.- 
  4. Kare1 Vasak – Les dimensions internationales des  droits, Manuel destiné à l’enseignement des droits de l’homme dans les universités Ed, Snoeck-Ducaju & Fils, Gand (Belgique) ISBN 92-3-201477-7 @ Unesco 1978 
  5. INTRODUCTION HISTORIQUE AUX DROITS DE L’HOMME , © Collège Universitaire Henry Dunant 
  6. M.- A. Lagrange et T. Virculon, «  Reflexions sur 17 ans de présence de l’ONU en Républlique Démocratique du Congo », notes de l’IFRI, avril 2016. 
  7. http://memoria.dz/ao-2013/guerre-liberation/l-onu-reconnait-lalg-rie-le-droit-lautod-termination 

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *