.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Biyanou, célébration de Achoura chez les populations sahariennes


bay1La commémoration cultuelle de Achoura est célébrée le 10 Muharam de l’hégire, dans l’ensemble des pays musulmans. Elle fut instituée par le prophète Mohammed (QSSSL) dès son arrivée à Médine en l’an 622, en référence aux célébrations du Yom Kippour juif,  qui rappellent le Salut de Moise et de son peuple, face à pharaon. 

En Afrique du nord, la célébration de Achoura revêt diverses appellations marquées par de nombreux aspects.  Ainsi, dans plusieurs régions Saharienne (Ouargla, le Gourara  et de l’Aïr à Agadez  au Niger), la fête dédiée à cet événement, se nomme Biyanou. 

 

 

Ce vocablen’est donc pas commun à  l’ensemble des pays musulmans, mais propre à une région.bay3 Il nous renvoie pourtant, vers  une interprétation plus englobante, et qui se trouve ancrée  dans l’espace culturelle de l’Afrique du nord A ce sujet, Yacine Sidi Salah, archéologue, historien de l’antiquité et de la préhistoire évoque une étymologie amazigh «bu-ni » qui désigne, les trois pierres du foyer, représentées au cours du rituel de célébration de Yennayer (nouvel an amazigh)Biyanouserait  donc une autre appellation de Yennayer comme c’est le cas pour les  Senhadja de Mosbah du Rif marocain, ainsi que les Ath Ouarain. De fait, « cette fête consacre le changement et la fertilité, alors on refait le foyer creusé à même le sol, on repasse la maison et on change les trois pierres du foyer «inyen» qu’on appelle «bu-ini » (ini étant la pierre du foyer) dans les Aurès, et dans certaines régions du Maroc on dit «biannu et bennayou» qui désigne la nuit du 1er yennayar, » Yacine Sidi Salah parle de « récupération » pour la fête monothéiste de Achoura. 

A Ouargla, Biyanou est personnifié par le culte de « Lalla Babiyanou ». Le jour de Achoura, les enfants  entament la ronde  des foyers, entonnant le chant suivant : « Babiyanou ham waldik abebza » que l’on peut traduire par : « Babiyanou, s’il te plait, je veux goûter » . Les femmes offrent  ainsi, des fèves et des pois chiches bouillies, légèrement épicées, pour  le plus grand plaisir des petits. De leur côté, les Banga Issemjen (personnes de couleur noir et/ou, autrefois esclaves) s’adonnent pour marquer l’événement, à des parades carnavalesques tel que nous l’explique Slimane Boughaba, président  de l’association culturelle ouargli « Zingdah ». Il est à rappeler que le système des castes, est fortement ancré dans l’espace saharien, de ce fait, certaines pratiques ne sont réservées qu’à certaines populations. 

bay2Au Gourara, l’offrande des fèves bouillies est aussi pratiquée. L’expression, « Biyanoufik » incite également les maîtresses de foyers à offrir ces légumes secs aux enfants venus frappés aux portes, ainsi qu’aux voisins et aux gens de passages. Dans certains ksours, comme pour celui de Tazeguert( Lahmar), on cuisine la langue du mouton conservée, et  séchée depuis  l’Aid el Adha. La ziara de Sidi El Cherif  de Ksar Massine qui a lieu à cette occasion prés de Timimoun, est l’évènement principal de ce jour de Achoura, qui à l’instar des ziarates dans la région, se trouve bercé par le rythme du baroud, selka (récital de coran). 

Biyanou est pour nos voisins de l’Aïr à Agadez, la plus importante fête de l’année. Les réjouissances durent du septième jour qui suit l’aïd el Adha Jusqu’au jour dit de Achoura. Cette fête est symbole de pardon et de communion. Elle se déroule sous le signe de la joie…Chants, danses et son des tambours ponctuent la commémoration. Son nom, Biyanou, véhicule à lui seul, les survivances des pratiques  antéislamiques, intégrées comme beaucoup d’autres, dans le calendrier musulman.   

 

Leila Assas  

 

Sources   

  • Yacine Sidi Salah, historien de l’antiquité, archéologue et préhistorien au Midi Libre , entretien d’Ourida Ait Ali  – Copyright © 2007 Midilibre.  
  • Mustapha  Khanoussi, Paola Ruggeri, Cinzia Vismara ,L’Africaromana: ai confinidell’impero: contratti, scambi, conflitti- Page 543  – 2004 – 2119  
  • LallaBabiyanou, Slimane Boughaba, entretien de Leila Assas / Babzman.com  
  • Ibrahim Manzo Diallo, Bianou / http://www.ingall-niger.org/index.php/les-fetes/le-bianou 

Images  

1 – Darih Sidi Cherif Massine, près de Timimoun le jour de l’Achoura  / VitamineDZ 

2- LES FETES ET LA MUSIQUE A TIMIMOUN / VitamineDZ 

3  Tenue de Parades à Agadez  http://www.whyy.org/91FM/RT/africa/a25.jpg

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *