.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Ba Bihi, «L’homme-palmier»


ba bihi 4Il est des métiers qui ne se pratiquent que par vocation, au risque de s’atteler sans cesse à de rudes et rébarbatives tâches.

Ainsi, durant mes pérégrinations dans le sud-ouest algériens, et plus précisément à Timimoun, je rencontre Ba Bihi, un homme menu, au regard chatoyant, et dont le visage ne se défait presque jamais, d’un éternel sourire suspendu à ses lèvres. Ba Bihi boitait suite à une chute du haut d’un palmier, intriguée par le mystérieux personnage, je décide de l’affubler d’un gentil sobriquet « l’homme palmier », avant que de ne m’enquérir de son histoire, et de la partager avec vous aujourd’hui…

Au commencement, il y avait le palmier, et c’est ainsi que Ba Bihi prélude notre échange; il  me raconte alors, une vielle légende locale selon laquelle le palmier-dattier serait né de la poussière d’Adam, après que celui-ci ait redressé l’échine, le jour de sa création. Le palmier serait donc un arbre à l’essence divine… Fier et généreux!

Né y a plusieurs années de cela, d’un âge présumé, « l’homme-palmier » ainsi que je me plais à le surnommer, comme beaucoup d’hommes et de femmes dont les parents n’avaient pas accès aux démarches propre à l’état civil, ne compte plus les années de son existence. Enfant du vieux ksar de Timimoun, Orphelin à un âge précoce, Ba Bihi fut élevé par son oncle,  un homme sévère et autoritaire.

En cette fin d’avril, dont les chaleurs sont annonciatrices de la saison estivale, le vent de l’ouest, « El gherbi », sévit… En outre, c’est également la saison du « dekar » : la pollinisation du palmier-dattier réalisée par un processus manuel. Ba Bihi se munit d’une « valise diplomatique », telle que la surnomme les gens de la région, et qui contient : une corde (la ceinture de sécurité)  un menjel , un guadoum , un petit panier en osier contenant des dattes en guise d’en-cas et de l’oignon, ce dernier s’avère être très utile en cas d’évanouissent causé par la chaleur étourdissante lorsque le soleil est à son zénith.

Le processus du dekar consiste à mettre en contact par frottement, le pollen d’un palmier dit « mâle » avec le palmier qu’on souhaite polliniser, et appelé « femelle ». Les quarante jours qui suivent, période durant laquelle le palmier est friand d’eau, sont déterminants pour la qualité des dattes récoltées.

Entretenir le palmier étant devenu un métier désuet par les temps qui court,  aucun de ses fils ne semble disposé à reprendre le ba bihi 3flambeau, cependant Ba Bihi a  tenu à leurs enseigner les techniques d’entretien et de récolte de dattes.

Ba Bihi  est également un abashniw (un soliste d’Ahalil)  et joue au benguri, un instrument à corde similaire au goumbri. Il  prend part  activement au fêtes et célébrations locales, je cite de mémoire celle de  Sidna Bellal qu’il affectionne particulièrement, mais ceci est une autre histoire que je vous conterai très prochainement.

 

Leila  A

Photographies : Khaled Hanouz

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


One thought on “Ba Bihi, «L’homme-palmier»

  1. mechattah ahmed

    Bravo ma chère Lila ! ça me rappelle bcp de souvenirs quand j’étais avec mon feu père au jardin des années 50 !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *