.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Assefel, le rituel matrilinéaire prénuptial des ksours du Gourara – Première partie –


robeLes disparités entre les civilisations anciennes d’Afrique du nord sont nombreuses; cependant, certaines manifestations sociales demeurent analogues, comme c’est le cas pour les rituels matrimoniaux, tels que, la notion du consentement des époux et des parents, le contrat tacite ou écrit prénuptial, la présence des témoins, la dot et le douaire ou encore le cortège.  

De ce  fait, la cérémonie nuptiale des ksours du Gourara, bien qu’ayant assimilé ces «Permanences* » ainsi que l’ensemble des  règles de la loi canonique musulmane en matière d’union maritale, conserve néanmoins un nombre de rituels intrinsèques à  la culture Zénète; lesquels subsistent jusqu’à nos jours comme c’est le cas pour  le rituel matrilinéaire du Assefel.

 

Communion et imaginaire collectif     

L’Assfel annonce le prélude de la cérémonie des mariages chez les zénètes du Gourara ainsi que pour certains groupuscules arabes ou arabophones qui y  vivent, et dont l’assimilation à la culture locale constitue un substrat prédominant qui se traduit par l’usage du même dialecte, et la pratique des rites propre à cette communauté.

Assfel  dérive du mot issu de l’arabe classique «fâ’al  فأل », qu’on peut traduire  par «présage». La cérémonie qui porte ce nom, est indissociable du corpus poétique mis en scène à travers la danse du Izlwen, plus connu sous le nom d’Ahalil. Ce dernier est chanté  lors des communions et rencontres, et il comprend dans sa représentation tous les aspects de la vie quotidienne des Zénètes.  Ainsi , l’Izlwen, lors du Assfel, verse dans un registre amoureux et lyrique .

L’Assfel  peut être abordé comme un rite de passage à l’âge adulte, où l’ont célèbre l’amour, la bonne éducation de l’épousée, et l’épanouissement de leur future sexualité. La cérémonie devient alors,  un instrument didactique au service de cette initiation.

A propos du rituel dans un sens général, observons, la définition proposée par MARTINE SEGALEN,  auteure de Rites et rituels  contemporains) : « un ensemble d’actes formalisés, expressifs, porteurs d’une dimension symbolique. Il est caractérisé par une configuration spatio-temporelle, par le recours  à une série d’objets, par des systèmes de comportements et de langages spécifiques, par des signes  emblématiques dont le sens caché constitue l’un des biens communs du groupe.» En effet, l’Assfel s’exprime à travers divers actes allégoriques, et objets qui proviennent de l’univers des femmes des ksours; et auxquels on a attribue une fonction surnaturelle…

A suivre …

Leila A

 

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *