.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Adaynin


kC’est un mot d’origine berbère, « désignant l’étable ». L’adayin, est un local mitoyen au salon; il sert d’écurie pour la vache ou les chèvres ou les brebis possédées par la famille. Le salon et l’écurie possédait la même porte d’entrée et communiquaient entre eux.

L’Adayin correspond au premier niveau de la maison, elle abrite la fortune du paysan et ses moyens de travail. Une paire de bœufs, l’âne, le sobre ami du paysan kabyle, la chèvre et ses petits, une à deux brebis. L’étable donne sur la grande salle familiale par un petit escalier de pierre qui coupe un muret de pierre criblé de meurtrière séparant les deux espaces – l’étable fait office de chauffage central pour toute la maison.

La chaleur animale remonte dans la grande pièce pour envahir ensuite la soupente tissi et la chambre haute taghorfets. Au fond de l’étable, un celier lemdaoud est construit à la dérobée.

On y abrite les bûches, les rondins de bois sec, l’aliment du bétail (paille, foin, orge, avoine, caroube et feuille de frêne).

 

Mira B.G

Sources :

Sur les traces de l’architecture kabyle ancienne, R. Sabah

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *