.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

A la découverte de la Ziara de Tasfawat


ZI 1La  vie sociale dans le territoire des oasis occidentales, particulièrement dans celui des régions Gourara-Touat-Tidikelt,  est rythmée par la célébration des ziarates. Ce sont des fêtes organisées en l’honneur d’un saint patron, en vue d’acquérir bénédiction et protection.

La ziara qui signifie  littéralement « la visite » , est une « cérémonie » fédérant les fidèles et les curieux. Ce culte populaire fait son apparition entre  le XIe et la XIIIe. Initiatrice de la vie sociale, la ziara jalonne la structure de la vie au ksar.

 

La ziara du saint patron Sidi Hmed

Dans certaines régions, c’est un événement très attendu; et dans celle de charouine, les habitants des ksours voisins convergent vers celui de Tasfawet, où l’hospitalité est véritable un art de vivre, cultivée par les zénétes .

En effet, la ziara du saint patron Sidi Hmed, un maître spirituel et ascète du ksar de Tasfawet au Gourara, et plus précisément  dans la région de Charouine; est célébrée le premier moharem du calendrier lunaire. Elle se déroule en trois jours, et se compose des cérémonies et représentations de la selka : récital du coran, du taguerabt et ahalil : chants liturgiques,  et d’El barud : chorégraphie représentant la dimension guerrière des aïeuls.

La célébration des ziarates est une pratique propre l’Afrique du Nord et l’Ouest. Ce sont des cérémonies au cours desquelles,  hommes et femmes méditent, échangent, et se rapprochent; affirmant ainsi l’adage local « El molakat rahma » qui pourrait se traduire en ces termes : le rapprochement est miséricorde!

J’ai eu l’honneur et le plaisir de participer à l’une de ces Ziarates.

Le jour J, pour ne rien rater de la cérémonie, je me suis empressée de grimper à l’arrière d’un Pick up. Nous étions cinq, puis  huit, puis quinze… Bref, j’arrête de compter… Lahsen, notre chauffeur nous fait chavirer à chaque virage, et les neufs kilomètres  qui séparent le point A du point B virent à l’épopée.

A peine arrivés à Tasfawet, nous nous dirigeâmes vers dar El Zaouïa, véritable lieu de culte autour de laquelle s’articule la vie sociale, et se manifeste l’expression singulière d’une foi  inébranlable.

Je fus gentiment conviée à savourer el Taguelat : un plat à base de galette émiettée, agrémentée d’une sauce bien relevée. Avec les zi2autres convives, nous dégustons et discutons gaiment, puis nous sommes reconduites vers la  terrasse pour apprécier les chants liturgiques. Les habitants assistent de façon mixte aux cérémonies, mais El Ahalil demeure la seule manifestation qui se caractérise par la participation mixte, au rituel (compsition mixte du groupe de déclamation liturgique).

Le cercle est formé, le abashniw, soliste et maitre d’orchestre fait retentir une voix captivante qui sera suivie par les chants en cœur, du reste de la troupe. Les rythmes saccadés sont accentués par le jeu du aguelal, un instrument de percussion qui s’apparente à la darbouka. Notre soirée se poursuit ainsi, au rythme des louanges faites au prophète et aux saints patrons du Gourara…

Dans une région désertique et enclavée « Le sacré s’exerce de manière bien plus complexe et bien plus riche » qu’ailleurs; ainsi, la ziara dont l’élément sacré régit la vie des Ksours comme un élément fédérateur, permet sans conteste de  consolider les liens sociaux.

Leila A

 

Sources :

  1.  Rachid Bellil , Les Zénètes du Gourara, leurs saints et l’ahellil , revue  Insaniyate
  2. MAMMERI, M..- L’ahellil du Gourara.- Paris, Editions de la M. S. H..- p. 32.
  3. Abderrahmane Moussaoui, Espace et sacré au Sahara. Ksour et oasis du sud-ouest algérien
  4. Paris, CNRS Éditions, 2002, 291 p. (coll. « CNRS Anthropologie »
  5.  Crédit photo : Rym Sahraoui.

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *