.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 24 septembre 1932, naissance du comédien Othmane Ariouat


athSon humour a marqué plus d’une génération, notamment dans « Carnaval fi dechra ». Makhlouf El Boumbaré, alias Othmane Ariouat, est né un 24 septembre 1932.

Othmane Ariouat naît à M’Doukal à Barika, dans la wilaya de Batna. Entre 1969 et 1972, il fait le conservatoire d’Alger où il obtient le 1er prix de diction en langue française. Ensuite, il étudie le théâtre en arabe chez Mustapha Kasdarli, Taha Laâmiri et Allal Mouhib. Puis entame une carrière au théâtre de la radio chaîne nationale, jusqu’aux années quatre vingt. Il joue dans plusieurs comédies telles que « Le résultat » en 1963, « L’Avare » de Molière en 1967, « Par vous et pour vous » et « Le sorcier » en 1969. Il est également dans « Archam » en 1971, ainsi que deux sketchs, « El Bagra » et « Le mort vivant » en 1972. En 1973 on le voit dans « Chaâbia » et « La négligence ». Plus tard, en 1976, il joue dans « Les déracinés » et « Les fusils de la mère Qatar », puis dans « Le chat » en 1978.

Il parvient à accrocher des millions d’auditeurs dans un grand feuilleton radiophonique, « Makhlouf El Bombardé », dont il gardera longtemps le surnom.

En 1984, il est joue le rôle principal du grand feuilleton : « l’Epopée du Chaikh Bouamama », deBakhti Benamar, suivi en 1988 par « Le Docteur du Village ». En 1989, il tourne deux films : «  El Ikhtiar » (le choix) et « Taxi El Makhfi ». Ce dernier, réalisé par Bakhti Benamar, raconte le quotidien d’un chauffeur de taxi clandestin, qui, comme ses milliers de confrères, tente de gagner son pain en achetant le silence des policiers. Ariouat conquiert le cœur des algériens avec un humour simple mais indéniable. Humour qu’on retrouve sans modération dans « Carnaval fi dechra » de Mohamed Oukaci, en 1994.

Il a également joué dans « De Hollywood à Tamanrasset » en 1991, « Aila ki ness » (une famille comme les autres) en 1992 et, après une longue absence, dans « El Arch » (le trône) en 2002 dont il est le scénariste (Co-réalisé par Bachir Selami et Othmane Aliouat), « Erroubla » en 2003 et « Chronique des années pub » en 2004.

Athmane Ariouat est à ce jour très apprécié par les algériens. Il aura marqué plus d’une génération avec son humour particulier, et même les plus jeunes l’ont vu dans « Carnaval fi dechra » et connaissent sur le bout des lèvres ses célèbres répliques. Il est pourtant navrant que les cinéastes ne lui fassent plus appel, lui qui est capable aussi d’incarner des rôles très sérieux, comme ce fut le cas dans « L’épopée de Cheikh Bouamama ». Et il est tout aussi navrant de ne pas trouver une véritable biographie détaillée du comédien, que son parcours soit truffé de vides, notamment son enfance et son adolescence.

K.T.

Sources :

  1. El watan
  2. Canal Algérie
  3. http://dzactiviste.info

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *