.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 27 avril 1921, naissance du « Socrate » algérien : Abdelmalek Benhabylès


socratePremier ambassadeur algérien au Japon, nommé en 1964, il devient le premier Président du Conseil constitutionnel lors de sa création en 1989. Abdelmalek Benhabylès, surnommé Socrate, naît le 27 avril 1921, à Arbaoun (Sétif).

 

Diplômé en droit, Abdelmalek Benhabylès a été l’un des membres fondateurs du Parti populaire algérien (PPA, membre du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) et a eut à diriger le journal L’Étoile algérienne. Son engagement le mènera à se rallier au FLN durant la guerre d’indépendance et il sera nommé responsable des affaires extérieurs au sein du gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA).

Des années plus tard, en mars 2010, lors d’une conférence sur « le militantisme politique et révolutionnaire en Algérie, du PPA au FLN », organisée par l’Association Machaâl Chahid, Abdelmalek Benhabylès affirmera que « lors de la conquête de l’Algérie, la notion de conscience nationale existait déjà et la lutte du peuple algérien n’a jamais cessé ».

Un an après l’indépendance, il devient secrétaire général du ministère des Affaires étrangères jusqu’en 1964, lorsqu’il est nommé ambassadeur d’Algérie au Japon puis en Tunisie.

Abdelmalek Benhabylès est rappelé en Algérie en 1971. Il est nommé secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, puis ministre de la Justice en 1977. Le président Chadli Bendjedid le nomme en 1979 secrétaire général de la Présidence.

Après sa démission, il est désigné ambassadeur en Suisse et au Vatican durant quatre années, ensuite il milite dans la ligue des droits de l’homme à Alger.

En 1989, il est désigné à présider le Conseil constitutionnel qui vient d’être créé et le centre des archives algérien. Après la démission du président Chadli Bendjedid, il refuse d’assumer l’intérim du Chef de l’Etat, se conformant à la Constitution qui ne le permet pas alors.

Le 12 avril 1995, son mandat de président du Conseil constitutionnel s’achève en avril 1995 et il est remplacé par Said Bouchair.

En 2004, il est sollicité pour être président de l’Académie de la société civile algérienne. À la fin de son mandat, il est remplacé par Djafri Djadi Chemai.

Abdelmalek Benhabylès a également été président d’honneur des relations Algéro-Japonaises.

Le 17 décembre 2012, il reçoit le Grand Cordon de l’Ordre du Soleil Levant par l’ambassade du Japon à Alger.

 

Rédaction Babzman

Sources :

  1. Algérie: La démocratie interdite, par Jean-Jacques Lavenue. L’Harmattan (Collection Histoire et perspectives méditerranéennes). Paris, 1993.
  2.  Dictionnaire Biographique de Militants Nationalistes Algériens, par Benjamin Stora L’Harmattan. Paris, 1985

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *